lundi 27 février 2017

Sel de la Terre n° 99

Le dernier numéro du sel de la Terre (n°99) : un achat et une lecture indispensables pour tout catholique désireux de comprendre à fond la question protestante et son influence dans le monde moderne sur le plan religieux, philosophique, politique, économique. Et surtout une lumineuse réponse à cette subversion. 


1517-2017 : CINQ SIÈCLES DE SUBVERSION PROTESTANTE


http://www.dominicainsavrille.fr/le-sel-de-la-terre-n99/


★ Avertissement
★ Éditorial : Le protestantisme au cœur de la subversion moderne
★ Luther et la chrétienté déchirée : repères chronologiques (1483-1556)
★ Glossaire de quelques termes utilisés dans ce numéro
★ Vincent LHERMITE : Synthèse historique du protestantisme
★ Yves GÉRARDIN : 1517-1617 : un siècle de Lutherrorisme

DE LA FAUSSE PHILOSOPHIE A L’HÉRÉSIE
★ Paul JUSTIN : La révolution philosophique de Luther
★ Frère EMMANUEL-MARIE O.P. : Le cœur de l’hérésie luthérienne : la doctrine de la justification

DE LUTHER A L’ÉGLISE CONCILIAIRE
★ Frère JOACHIM F.B.M.V. : De la messe de Luther à la messe de Paul VI
★ Frère PIERRE-MARIE O.P. : L’infiltration du protestantisme dans l’Église conciliaire

LA RÉPONSE CATHOLIQUE
★ Père Jean-Baptiste AUBRY : Le concile de Trente
★ Frère MARIE-DOMINIQUE O.P. : Notre attitude catholique face à l’esprit protestant

LECTURES
★ BIBLIOGRAPHIE INDICATIVE
★ RECENSIONS :
– Sixte Quint et Henri IV
– Annibale Bugnini
– Martin Luther (Lienhard)

 Abonnement au Sel de la Terre : ICI

Les Lefebvristes à la maison (conciliaire)

 Note de Reconquista : La nouvelle de l'achat d'une magnifique maison dans le centre de Rome par la FSSPX ne passe pas inaperçue chez les journalistes religieux de tous bords. Tel ce journaliste italien spécialisé dans les affaires religieuses qui analyse très objectivement cet évènement et le voit bien comme une phase très importante dans le lent processus de fusion entre la FSSPX et la Rome conciliaire. La fracture entre Français et Allemands (et Suisses) est très bien vue également.
 SOURCE - Matteo Matzuzzi - Il Foglio - 24 février 2017
Les Lefebvristes à la maison

All’Esquilino deviendra le Centre d’Étude de la FSSPX. Un accord est proche. Le rôle du pape a été décisif.
Rome. La fracture entre la Fraternité Saint-Pie X (lefebvriste) et le Saint-Siège va être résorbée. L'accord pour la création d'une prélature personnelle –garantie d’une large autonomie de gestion et pastorale - est maintenant à portée de main. La négociation en vue de l’achat par Ecône du complexe de Santa Maria Immacolata all'Esquilino, non loin du Latran, confirme que le processus de négociation –lent et complexe– entre dans une phase de résolution positive. L'église néo-gothique, construite à la fin du XIXe et au début du XXe siècle pour les Frères de la Charité, est déjà flanqué d'un bâtiment occupé ces dernières années par une école élémentaire et un collège. Selon les informations du Foglio, cela deviendra un centre d'étude et, dans une deuxième phase, selon toute vraisemblance, le siège de la Maison générale lefebvriste. Le Pape serait intervenu directement pour accélérer le tout, via Mgr Guido Pozzo, secrétaire de la Commission Pontificale Ecclesia Dei. Mgr Bernard Fellay (Supérieur de la FSSPX), Mgr Alfonso de Galarreta et l'Assistant Général l’abbé Alain Nely, auraient séjourné du 17 au 20 janvier, à Sante Marthe. La Supérieure des Sœurs de la Fraternité a également assisté aux pourparlers. L’abbé Nely est la personne chargée de finaliser l'achat du complexe.

Fracture entre les Français et les Allemands

Il n’est pas surprenant que François ait un rôle de premier plan dans les négociations. Mgr Fellay a rappelé la même que la relation entre Bergoglio et la Fraternité a des racines profondes. «Il nous connaît de l'Argentine. Nous étions en contact avec lui, car un concordat permet aux prêtres étrangers d'obtenir un permis de séjour à condition que l'évêque soit d'accord. Quand nous avons eu des problèmes avec l'évêque local, qui ne voulait pas notre présence, nous avons rencontré le cardinal Bergoglio pour exposer le problème. Sa réponse –a ajouté le Supérieur de la FSSPX il y a un an– était claire : ‘‘Vous êtes catholiques, bien sûr, et vous n'êtes pas schismatiques. Je vais vous aider’’. Et il l'a fait. Il a contacté Rome, il a écrit au gouvernement une lettre en notre faveur». Plus tard, en tant que Pape, à l'occasion du Jubilé extraordinaire de la miséricorde, il a accordé aux fidèles qui fréquentent "pour diverses raisons" les églises desservies par des prêtres de la Fraternité, de recevoir valablement et légalement l'absolution sacramentelle de leurs péchés. Les pouvoirs ont été étendus au-delà la période du Jubilé "en faisant confiance à la bonne volonté de leurs prêtres pour récupérer la pleine communion dans l'Eglise catholique." Des problèmes restent cependant. Surtout du fait de la variété de la réalité interne des lefebvristes. La situation est à peu près celle de 2012, quand Mgr Fellay, de façon surprenante, a décidé de rejeter la main tendue par Benoît XVI, et de ne pas accepter les conditions théologiques qu’imposait Ratzinger pour conclure les négociations. Un facteur décisif a été la fracture entre la zone allemande de la fraternité et la zone française. S’il n’avait tenu qu’aux membres de la première, la FSSPX serait retournée à la Communion avec Rome il y a cinq ans. Les questions sur la table ont été jugées résolubles, et n’empêchent pas l'accord. La victoire, cependant, est sur les Français, beaucoup moins disposés à faire des compromis. Fellay semble prêt à sortir de l'impasse, même au prix de pertes douloureuses entre ses fidèles et les prêtres.

_______________________

Un autre journaliste (Andrea Tornielli de la Stampa ) explique aussi la raison de la lenteur du processus de ralliement : "le Saint Siège sait, dit-il très clairement, que le processus est long et que le Supérieur doit avoir le temps d'expliquer et de faire accepter l'accord au sein de la Fraternité". C'est ce que ne comprennent malheureusement pas ceux qui prétendent "résister à l'intérieur de la Fsspx" en attendant que l'avenir s'éclaircisse. L'avenir est à la prélature et leur attente passive ne fait que conforter ce processus.

SOURCE - Andrea Tornielli - La Stampa - 27 février 2017
Le Pape a reçu en audience le secrétaire de la Commission Ecclesia Dei. Le Saint-Siège attend que Fellay signe la nouvelle déclaration doctrinale. On parle d'un possible nouveau siège romain.
       

Migration Religieuse

Kyrie Eleison n°DII du 25 février 2017

Tous les Européens abandonnent leur Dieu ?
Tous les autres, trahis, le vengeront, parbleu !

Donc selon ce « Commentaire » d’il y a une semaine, il y aurait un Pouvoir Global derrière l’inondation de l’Europe par des immigrants non-européens, inondation qui continue toujours, et la religion y serait « décisive ». D’où deux questions se présentent : C’est qui ou quoi ce Pouvoir Global ? Et quel rôle la religion peut-elle jouer dans une affaire tellement politique ?

 
Quant à l’identité du Pouvoir Global dont l’économiste hongrois était si convaincu de l’existence sans qu’il ne voulût jamais le nommer, à l’Internet on trouve facilement (à moins qu’on ne l’ait étouffé) un film de quelques minutes seulement qui fascine et effraie. Il s’agit de quelques propos tenus par une Juive dans une interview filmée en 2010 où elle prétend que ce sont les Juifs qui mènent la transformation de l’Europe dans un continent multiculturel. Barbara Spectre naquit aux USA en 1942 et y compléta des études en philosophie, fut active en Israël comme éducatrice professionnelle à partir de 1967 jusqu’en 1999, où elle émigra en Suède pour rejoindre son mari qui y était Rabbin de la Synagogue de Stockholm. Dans ce film il paraît évident que personne ne la force à révéler qui c’est qui est derrière cette transformation actuelle de l’Europe. Plutôt, on dirait qu’elle croit sincèrement en cette transformation et en ce que font les Juifs à l’Europe, parce qu’elle prétend qu’il n’y a que cette invasion étrangère qui puisse permettre à l’Europe de survivre. Voici ses propres paroles, ni abrégées, ni adaptées :—


Je crois qu’il y a un renouveau d’antisémitisme parce qu’en ce moment l’Europe n’a pas encore appris à être multiculturelle. Et je crois que nous (autres Juifs) allons participer aux affres de cette transformation, qui doit se réaliser. L’Europe ne sera plus ces sociétés monolithiques qu’ elle fut au siècle dernier. Les Juifs seront au centre de cela. C’est une transformation énorme que l’Europe doit subir. Ils passent maintenant dans un mode multiculturel, et on en voudra aux Juifs parce que nous y jouons un rôle de meneurs. Mais sans ce rôle et sans cette transformation, l’Europe ne survivra pas.

Voici une réponse convaincante à la question de l’identité de ce Pouvoir Global. Madame Spectre, active au niveau universitaire en Israël pendant plus de 30 ans, Sioniste ardente et femme d’un Rabbin, aura facilement pu savoir ce qu’avaient en vue les Juifs pour l’Europe, et cela des années avant que l’invasion de l’Europe par les immigrants ne devînt une inondation. Et la maîtrise juive des cinq éléments nommés par l’économiste hongrois comme étant nécessaires pour réaliser une inondation d’immigrants pareille rend entièrement plausible l’identification du Pouvoir Global avec les Juifs. Mais pourquoi ceux-ci voudraient-il s transformer l’Europe de « monolithique » en « multiculturelle » ? La réponse à cette question dépasse et surmonte de loin la dimension politique.

Depuis que les Scribes et les Pharisiens ont crucifié Notre Seigneur Jésus Christ parce qu’Il remplaçait les Juifs de race comme Peuple de Dieu par les Catholiques croyants, voilà deux mille ans qu’ils persécutent Son Église (à lire Le Complot Contre l’Église par Maurice Pinay). Encore aujourd’hui les chefs des Juifs croient en leur statut de peuple unique élu par Dieu et doué par Lui de tous les droits pour gouverner le monde. Or l’Ancien Testament est venu en effet de Dieu, mais tout y préfigure et indique le Nouveau Testament pour le remplacer (ex. Jer. XXXI, 31–34), en sorte que les successeurs des Pharisiens ont dû déformer l’Ancien Testament pour lui substituer leur Talmud qui est brutalement anti-chrétien. Donc le talmudisme est une fausse religion, mais depuis presque deux mille ans il prête un soutien et une force pseudo-religieuse à la constante poussée pharisienne de mettre fin au christianisme.

Or l’Église du Christ est née et a fleuri au Moyen Orient et s’est rapidement répandue tout autour de la Mer Méditerranée, mais lorsque le Moyen Orient et l’Afrique du Nord sont tombés en grande partie sous l’Islam, la Foi catholique a été maintenue et répandue dans le monde entier par les Européens surtout, de race blanche, et divisée par la Providence entre les diverses nations européennes. C’est ainsi que St François Xavier a supplié St Ignace de lui envoyer depuis l’Europe des prêtres européens pour les missions aux Indes. D’où la haine à dimensions religieuses qu’éprouvent les successeurs des Pharisiens pour les nations blanches de l’Europe. D’où aussi la poussée « multiculturelle » des Juifs pour diluer cette race blanche, et pour dissoudre les nations « monolithiques » de l’Europe. Et si ces nations ne veulent pas revenir à Dieu et à son unique vraie Église, Sa Justice risque de permettre à cette poussée de réussir, à moins que Sa Miséricorde ne l’interrompe.

Kyrie eleison.

vendredi 24 février 2017

Conférence : "Pourquoi Mgr Fellay veut il une prélature pour la FSSPX "?

Dimanche 26 février : Quinquagésime

9 h 45 : Confessions et chapelet
10 h 30 : Messe chantée

Après la Messe :  " Pourquoi Mgr Fellay veut il une prélature pour la FSSPX ?"  par M l'abbé Salenave.

Lieu : Paris - La Défense

Pour plus de renseignements : messes.paris@opmbx.org

mercredi 22 février 2017

Interview de Mgr Schneider le 5 février 2017

Note de Reconquista : Dans cet extrait de l'interview, Mgr Schneider revient sur la proposition de prélature pour la (néo) FSSPX. Il peut paraître surprenant qu'un évêque, qui a visité cette œuvre, ne perçoive pas (ou plus) qu'il y a un problème de Foi à la base. Cela fausse tout le raisonnement catholique et sa conclusion pastorale. On se demande aussi ce que deviendront les pauvres fidèles de la tradition si un évêque diocésain refuse la prélature ? L abandon total . Cela paraît bien surprenant de la part d'un "berger". Aurions-nous affaire à un "mercenaire"? Mgr Fellay rentre donc dans cette logique pastorale cruelle.
Heureusement le séminaire St Louis Marie d Avrillé prépare des pasteurs pour les temps à venir .
 

Traduction par les soins de Reconquista.


(…)Premièrement, récemment Mgr Fellay semble avoir accepté le gant que Son Excellence lui a tendu en décembre quand il a dit qu’il était irréaliste d’attendre que la situation soit parfaite avant de signer un accord avec Rome.  Selon ces déclarations, il semble qu’il y a une conviction de leur part d’aller de l’avant pour autant qu’il leur soit permis « d’être eux-mêmes ».  A ce stade, que diriez-vous à Mgr Fellay et au Pape François comme ultime tentative pour arriver à un accord ?

Je dirais d’abord que ce n’est pas une question d’accord, parce que lorsque l’on parle d’accord, c’est qu’il y a des différences.   Mais dans ce cas, il n’y a pas de différences dans la Foi, dans la Foi catholique.  Donc je dirais que c’est plus une question de discipline, et donc c’est une question pastorale avec une communauté comme la FSSPX qui, c’est tout à fait évident, produit des fruits visibles pour construire la foi catholique et transmettre l’intégrité de la Foi catholique, la liturgie et la vie chrétienne comme elle a été pratiquée durant de siècles.  Mais le problème dans la manière dont ils travaillent et existent, c’est qu’ils n’ont pas la reconnaissance du Saint-Siège, ce qui est une exigence pour toute communauté catholique, une exigence indispensable  pour être catholique : avoir un lien canonique visible avec la Chaire de Pierre, le Vicaire du Christ.  (…)


Merci Monseigneur.  La formule proposée d’une prélature personnelle semble être perçue par beaucoup comme la panacée ; cependant, le canon 297 du Code de Droit Canonique stipule clairement que l’établissement d’une prélature personnelle dans un diocèse exige la permission de l’évêque local.  Pensez-vous, Monseigneur, que sous cette forme canonique, la FSSPX pourra s’établir dans les diocèses dont l’évêque est hostile, ce qui pourrait être une grande majorité ? Comment prévoyez-vous le développement de la situation afin que cet accord ne soit pas enterré en pratique par ces évêques, comme cela se passe pour d’autres instituts comme la FSSP qui est seulement reçue par une petite minorité épiscopale ?

Bien, je pense que ceci n’est vraiment pas le point fondamental.  En pratique, bien sûr, quand le Code de Droit Canonique l’établit, c’est une loi générale pour l’Église.  Une prélature personnelle, ou même un ordre de droit pontifical, doit demander la permission à l’évêque local avant d’ouvrir une maison ou commencer son apostolat.  C’est donc une pratique commune dans l’Église et qui existait déjà dans l’antiquité avant le Concile comme une loi canonique similaire, même si le terme prélature n’existait pas encore, mais cela
existait de droit pontifical.  Mais je pense, de mon point de vue, que ce n’est pas une conclusion problématique parce que nous devons aussi faire confiance à la Providence de Dieu.  Nous ne pouvons pas agir dans l’Église comme une compagnie d’assurance avec une police d’assurance que cela arrivera dans le futur.  Nous sommes l’Église et non une entité séculière ou politique, mais bien surnaturelle. 

Donc à l’heure actuelle, la FSSPX a de nombreux fidèles  et de nombreux endroits où ils travaillent et où eux-mêmes n’ont pas assez de prêtres - j’en ai eu connaissance – pour satisfaire les besoins de tous les endroits où ils sont déjà présents.  Pour autant que je sache, le Saint-Siège a décidé qu’au moment où la Prélature sera érigée, les endroits déjà existants, avec leurs maisons et églises, seront automatiquement reconnus sans avoir à demander au préalable une autorisation de l’évêque.  Cette disposition ne vaudra que pour les futures fondations.  Je pense qu’alors la Prélature pourra aller auprès d’autres évêques qui les acceptent et il y a des évêques qui accepteront, et  pour ces évêques qui refuseront, ils ne sont pas éternels, ils peuvent avoir un successeur qui acceptera.  Ainsi nous devons avoir une vision plus surnaturelle et avoir confiance. (…)

mardi 21 février 2017

La Fidélité Catholique au coeur de la Bretagne


A l'occasion du dimanche de la sexagésime, un prêtre de la Société des Apôtres de Jésus et de Marie (SAJM)  a pu réunir un bon groupe de la fidélité catholique dans une belle chapelle dédiée à la très Sainte Trinité dans les environs de Carhaix. Les propriétaires de la chapelle étaient ravis de pouvoir mettre leur chapelle à la disposition d'un prêtre de la tradition et d'assister à la Messe de toujours sur un bel autel retable dédié à la très Sainte Trinité. L'abbé n'a pas manqué d'inviter les assistants à se bien disposer pour faire un saint carême et plus spécialement à pratiquer les œuvres de miséricorde.
Après la Sainte Messe, le groupe s'est retrouvé pour des agapes bien familiales et ouvertes à tous les sujets d'actualité (crise de l'église, de la fsspx, politique chrétienne etc ..) puisque la langue de buis et le mutisme n'existent pas normalement dans la famille catholique.
Les âmes ont pu repartir, réconfortées spirituellement et moralement pour affronter avec Foi la tempête qui secoue le monde et rester des apôtres de la vérité qui sauve.
Rendez-vous dans un mois pour reprendre de nouvelles forces !

Pour tout renseignement bretagne.fidele@gmail.com






lundi 20 février 2017

Abbé SUELO





Ce 19 février est le premier anniversaire du décès de l'abbé Suelo.  Ayons à cœur de prier pour le repos de l'âme de ce combattant de la Foi !




Immigration, Politique

Kyrie Eleison n°DI du 19 février 2017

Que Musulman et Blanc luttent jusqu’à la mort –

Comme jamais avant nous régnerons alors !

 

En discutant à la télévision hongroise une semaine plus tard de la mauvaise conduite des immigrants à Cologne le dernier jour de 2016, un économiste renommé de la Hongrie, le Dr László Bogár, a essayé de tirer au clair les racines du problème de l’invasion des immigrants qui continue toujours en Europe – voir youtu.be/TKpe4swiVOc. Son analyse des racines politiques va aussi loin que l’opinion publique le lui permet pour nommer le Pouvoir Global Innommable derrière cette invasion, mais il ne touche pas du tout aux racines religieuses, qui sont pourtant décisives. En effet, qui pense que la religion a encore quelque rôle que ce soit à jouer dans le monde ? Mais il faut espérer que les lecteurs de ce « Commentaire » peuvent concevoir que ce Pouvoir funeste existe, et qu’il n’y a que la vraie Église catholique qui puisse le dompter. Voici en italique l’analyse télévisée du Dr. Bogár, adaptée et abrégée :—


Un Pouvoir Global cherche à anéantir tout ce qu’il y a d’humain et de digne. Or trop de cela se trouve encore dans le Blanc Européen. Donc il faut anéantir le Blanc Européen. Donc on va pomper de l’étranger en Europe une masse d’immigrants à l’aide de ressources faramineuses. En effet, il doit suffire d’un seul grain de bon sens pour se rendre compte que le transfert assez rapide à travers des milliers de kilomètres de plusieurs millions d’hommes requiert un certain nombre de choses.

En premier lieu pour payer le transfert il va falloir, disons, au moins dix milliards de dollars. Ensuite, pour diriger et contrôler le pompage, quelques milliers au moins d’agents strictement secrets, et si jamais une lueur de publicité se jetait sur l’opération par ailleurs habilement déguisée, il faudrait troisièmement l’aide des médias pour réparer immédiatement le déguisement. Quatrièmement, pour organiser la manipulation physique des migrants, il faudrait la collaboration sans faille du syndicat du crime mondial avec ses dizaines de milliers de trafiquants d’êtres humains. Et enfin il faudrait la collaboration cynique des dirigeants politiques de l’Europe, tel le Premier Ministre de la Grande Bretagne, qui nous a rendu visite aujourd’hui, et les dirigeants de la France et de l’Allemagne, les mêmes qui ont participé à la destruction de la Syrie et de la Libye. En plus d’avoir créé le chaos, ces dirigeants se font forts de l’avoir fait au nom de l’Europe, de la culture occidentale et de la démocratie. Voici les vrais délinquants responsables de l’horreur que nous venons de témoigner à Cologne, et quelque chose me souffle à l’oreille qu’il ne s’agit là que d’un petit prélude à quelque chose de beaucoup plus sinistre . . .

En vérité L’Europe se laisse traîner dans un conflit tout aussi brutal que les deux Guerres mondiales, par le même Pouvoir Global. En effet, l’Europe se laisse traîner dans une Troisième Guerre mondiale. Cette invasion de migrants n’est que le produit final d’un long processus caché. On peut bien combattre l’horreur qui est le fruit du processus, mais si nous ne comprenons pas le processus lui-même pour lui couper les racines dans la structure du pouvoir mondial, ces horreurs telle l’invasion des migrants ne feront que se répéter. Malheureusement il nous faut ici la coopération internationale, alors qu’en réalité le chef de la Hongrie, Victor Urban, a dû virtuellement faire cavalier seul. Lorsque les bombes pleuvaient sur la Libye, il a été l’unique politicien européen à exprimer ses inquiétudes et réserves quant aux conséquences stratégiques. Très, très peu d’autres politiciens ont exprimé les mêmes soucis. Donc la Hongrie a dû faire front toute seule, et voilà pourquoi nous sommes constamment attaqués. Mais en fermant nos frontières nous avons évité la guerre civile. Aux autres pays d’Europe de faire de même.

Hélas, lorsqu’il s’agit de déraciner le processus dont ces horreurs de la migration ne sont que le fruit final pourri, malheureusement l’Europe est déjà battue à plate couture. Ce processus ne peut se terminer que par la guerre civile. Mais voilà son but ! Voilà ce que vise le Pouvoir Global. Il veut avant tout une guerre brutale de trente ans qui ne prenne jamais fin, comme la Guerre de Trente Ans si dévastatrice du 17me siècle (œuvre du même Pouvoir Global). Il ne veut rien d’autre qu’une guerre civile qui dure des dizaines d’années, en se déployant dans toute l’Europe.

Kyrie eleison.

vendredi 17 février 2017

WikiLeaks : Clinton, Obama, Soros ont renversé le Pape Benoît XVI lors d’un coup d’État au Vatican

Note de Reconquista : cette demande d'un groupe de dirigeants catholiques est à relever car l'étonnante démission du pape (déjà très conciliaire) Benoît XVI a effectivement ouvert la porte à l'ultra progressisme de François. La question qui se pose désormais est la validité de la démission de Benoît XVI et l'élection de François. Question délicate : faudra-t-il un nouveau conclave pour déposer le pape actuel ? Chose étonnante,  dans quelques jours un colloque universitaire international va se réunir à Paris pour étudier la question de la  "déposition du pape".  Nous enjoignons nos lecteurs à se rapporter à l'excellente étude du Sel de la Terre n° 90 sur la déposition du pape selon Jean de St Thomas. Ces hypothèses d'école ne valident bien évidemment en aucun cas les thèses sédévacantistes qui déchoient le pape avant et sans l'intervention d'un pouvoir légitime. 

WikiLeaks : Clinton, Obama, Soros ont renversé le Pape Benoît XVI lors d’un coup d’État au Vatican

Un groupe de dirigeants laïcs catholiques ont demandé au Président Trump d’enquêter pour savoir si Soros, Obama et Clinton ont bien organisé un coup d’État au Vatican pour installer le gauchiste radical François.

Selon un groupe de dirigeants catholiques qui citent des preuves de diverses sources, en particulier de courriels ébruités par WikiLeaks, George Soros, Barack Obama et Hillary Clinton ont orchestré un coup d’État au Vatican pour renverser le pape conservateur Benoît XVI et le remplacer par le gauchiste radical François.

colloque universitaire international
Avant de démissionner inopinément dans des circonstances inhabituelles, le Pape Benoît XVI a régné sur l’Église catholique de 2005 à 2013. Devenu le premier pape démissionnaire depuis le Pape Grégoire XII en 1415, Benoît est largement considéré comme le premier à avoir fait cela de sa propre initiative depuis le Pape Célestin V en 1294.

Toujours est-il que le groupe de dirigeants catholiques cite de nouvelles preuves découvertes dans les courriels divulgués par WikiLeaks, pour affirmer que le Pape conservateur Benoît n’a pas vraiment démissionné de sa propre initiative, mais a été poussé hors du Vatican par un coup d’État qualifié de « Printemps catholique » par les dirigeants catholiques.

Se servant de l’appareil diplomatique et du pouvoir politique et financier des USA, par la contrainte, la corruption et le chantage, Soros, Obama et Clinton ont imposé un « changement de régime » dans l’Église catholique romaine, afin de remplacer le Pape conservateur Benoît XVI par le Pape François qui, au grand étonnement des Catholiques du monde, est devenu depuis lors un improbable porte-parole du gauchisme international.

Les dirigeants catholiques ont envoyé une lettre au Président Trump, pour l’exhorter à lancer une enquête officielle sur les activités de George Soros, Barack Obama, Hillary Clinton (et d’autres), qui sont, selon eux, impliqués dans l’orchestration du printemps catholique qui a atteint son but : « changer le régime » au Vatican.

Les dirigeants catholiques citent huit questions précises auxquelles ils ont répondu concernant les événements suspects qui ont conduit le Pape Benoît XVI à la démission, la première abdication pontificale en 700 ans.

« Nous avons des raisons précises de penser que le ‘changement de régime’ au Vatican a été conçu par l’administration Obama, » disent les pétitionnaires, dans leur lettre du 20 janvier au président Trump.

http://www.remnantnewspaper.com/web/images/trump_francis.jpg

« Lors de la troisième année du premier mandat de l’administration Obama, nous avons été alarmés de découvrir que la Secrétaire d’État Hillary Clinton, et d’autres responsables auxquels elle était associée,

jeudi 16 février 2017

Le cadre d'un Etat chrétien ( ou comment échapper aux dangers de certains candidats politiques)



Note de Reconquista : Nous publions ici la traduction (par les soins de Reconquista) de quelques extraits d'un livre du Père E. CAHILL, sj : "The Framework of a Christian State" (Imprimatur 1932)  Il peut nous être utile, à nous francophones, de connaître quelques auteurs anti-libéraux ayant lutté sous d'autres cieux. 

Le présent auteur (1868 - 1941) est irlandais et a étudié les ennemis de l’Église. Dans le présent ouvrage, qui s'adresse à des étudiants en sciences sociales, il résume et tire les conséquences de l'enseignement de Rome (particulièrement Léon XIII et Pie XI).  Il est également l'auteur de "Franc-maçonnerie et mouvement anti-chrétien".


 Les Sciences sociales et l’Église.

Bien que les sciences sociales soient de premier abord une science naturelle, et que leurs principes soient
vérifiables à la lumière de la raison, un étudiant ne peut ignorer ou se dispenser de l’enseignement de l’Église. Tout d’abord certains des fondements des sciences sociales sont illustrés et confirmés de la façon la plus étonnante par la Révélation. Ainsi, les principes en relation avec la dignité humaine et les droits inaliénables de la personne sont très fortement confirmés par le mystère de la Rédemption et l’élévation de l’homme au niveau surnaturel [de par son appartenance à l’Église et de par l’état de grâce]... De là, si nous recherchons un système social organisé et en accord avec les vrais principes, on ne le trouvera que là où les conseils de l’Église prédominent et où la communauté est imprégnée d’un grand esprit de religion. En d’autres termes, la civilisation chrétienne est la seule à mettre en pratique de façon harmonieuse les principes des sciences sociales et les lois de la raison... Les sciences sociales, qui n’ont pour but que le bien temporel du citoyen, étendent leur portée non seulement aux intérêts matériels, mais aussi au développement intellectuel et moral.

La sociologie, fondée sur la loi naturelle, n’est pas directement concernée par l’Église, ni par la vérité révélée dont l’Église est la garante et l’authentique dépositaire. Quoiqu’il en soit, l’Église et la révélation sont des réalités qu’on ne peut ignorer. Les catholiques ont à l’égard de l’Église des droits et des devoirs que l’État ne peut légitimement outrepasser... En effet, l’État ne peut même pas assurer le bien-être matériel et physique du peuple sans la coopération de l’Église et les puissantes influences, tant internes qu’externes, qu’Elle dispense et qu’Elle contrôle...

L'Église seule peut enseigner avec une infaillible autorité et une clarté définitive et constante les principes de la loi morale qui régulent la conduite sociale et les relations des hommes avec leur Créateur et avec autrui. Dans ces principes sont inclus les devoirs de religion, de justice, les privilèges de la nature humaine, le droit naturel et les devoirs des dirigeants et de leurs sujets, l'obligation du don de soi, de la charité, de la piété filiale et de patriotisme. Tous ces principes et enseignements, approuvés par la raison et confirmés par la Révélation divine, sont basés sur la nature humaine et sur la façon dont Dieu l'a créée et préservée. Il apparaît ainsi clairement que les desseins de Dieu en créant l’homme pour son bonheur et instituant une société qui l'aide à atteindre ce but, ne seront jamais accomplis, s’ils ne sont connus et suivis.

La nouvelle vision de la propriété privée

...L'un des plus grands... principes introduits par la chrétienté est celui de la propriété privée. Et il était directement opposé aux idées païennes. Selon l'enseignement chrétien, le propriétaire de biens matériels est seulement un intendant au service de Celui à qui tout appartient, c'est-à-dire Dieu Lui-même. [Le droit à la propriété privée est reconnu par l’Église comme un droit sacré et inviolable. Toutefois, ce droit n'autorise pas l'avidité égoïste, le matérialisme ou d'autres formes d'attachement désordonné à des choses périssables, le mépris pour les besoins du voisin, l'usage imprudent et mauvais des dons de Dieu, etc.] La richesse [ou même le confort relatif] du propriétaire est donc maintenue par la loi du Christ qui lui ordonne de donner, une fois ses besoins raisonnables satisfaits, ce qu’il a en trop, afin de soulager les besoins d’autrui. Il fut aussi dit au propriétaire que ses besoins devaient être évalués de façon stricte, en excluant le luxe et les aises non indispensables…

On pourrait résumer brièvement la doctrine de Saint Thomas comme suit : (1) Dieu, qui seul a la gouvernance et la propriété des choses matérielles, a ordonné celles-ci pour l'usage commun. Ainsi, l'accès à ces choses, qui permettent à l'homme de combler ses besoins humains et naturels, est un droit inaliénable de l'individu ; (2) il est donc faux et même hérétique de dire [comme le font les marxistes] que toute propriété privée et exclusive de biens matériels est contraire aux lois naturelles ; (3) le système de la propriété privée à l'opposé de l'usage commun (ou collectivisme) est non seulement légitime mais dans une certaine mesure nécessaire pour la bonne conduite des individus…Et c'est pour cette raison que la loi des Nations (Jus Gentium) nous l'impose [concluant ainsi que le concept chrétien de la propriété privée est également opposé aux deux extrêmes que sont le capitalisme moderne et le socialisme fabien ou communisme de Marx, deux systèmes adoptés, favorisés et dominés par le même pouvoir occulte de la judéo-franc-maçonnerie].

Justice et Charité.

Bien que la justice soit dans un sens l’âme de l'organisme social, et ses obligations les plus importantes et fondamentales des devoirs civiques, elle ne suffit pas à elle seule à sécuriser tous les buts de la société civile. Car, comme l'enseigne Pie XI : « La justice seule, même scrupuleusement pratiquée, peut bien faire disparaître les causes des conflits sociaux ; elle n’opère pas, par sa propre vertu, le rapprochement des volontés et l’union des cœurs. Or, toutes les institutions destinées à favoriser la paix et l’entraide parmi les hommes, si bien conçues qu’elles paraissent, reçoivent leur solidité surtout du lien spirituel qui unit les membres entre eux » (Quadragesimo Anno). D’un autre côté, Léon XII disait : « la justice et la charité, étroitement liées entre elles sous la loi juste et douce du Christ, maintiennent dans un merveilleux équilibre l'organisme de la société humaine, et, par une sage prévoyance, amènent chacun des membres de cet organisme à concourir au bien particulier et au bien commun.» (Graves de Communi).
Ainsi, pour maintenir le bien commun de la société, la justice et la charité doivent travailler main dans la main. La charité sans justice n’est pas réelle. La justice sans charité a trop peu du « lait de la bonté humaine » pour répondre aux besoins réels de l’homme...
La charité chrétienne est une force vive, qui s’illustre par une bienveillance chaleureuse et active envers les étrangers, et même envers ceux qui nous sont naturellement hostiles et déplaisants. Elle les considère tous comme frères en Jésus-Christ... C’est en cela que cette vertu, dans son aspect spirituel, a une influence profonde sur la nature de la société chrétienne...

mercredi 15 février 2017

L'Evangile revisité par le Pape François

+ Évangile de Jésus Christ selon François

En ce temps-là, les disciples vinrent trouver Jean Baptiste et lui dirent : « Nous avons entendu dire que Hérode vit avec la femme de son frère. Allons-le trouver pour lui montrer son péché. »

Le Baptiste, indigné, répondit : « Qui suis-je pour juger ? Si vous ne devenez pas miséricordieux, vous serez tous suspendus a divinis. Venez plutôt et discernons. »

Ils se mirent donc résolument en marche vers Jérusalem. Or, voici que Hérode rentrait dans la ville. Il vit Jean venir à sa rencontre et ordonna aux porteurs de s’arrêter. Jean lui dit alors : « J’ai entendu dire que tu vivais avec la femme de ton frère. La doctrine ne te le permet pas, mais ne t’inquiète pas, la pastorale peut tout arranger. Aurais-tu donc déjà tenté de faire un discernement sur la manière dont tu vis ? » Le roi répondit à Jean Baptiste : « Oui, Hérodiade et moi avons réfléchi et pensons que nous ne commettons aucun péché. » « Bien, s’exclama le Baptiste. Si, en conscience, vous ne pensez pas commettre de péché, alors il n’y a pas de péché. » Et, se tournant vers les disciples, il leur dit : « En vérité, je n’ai jamais vu une telle foi adulte en Israël ».

Le roi Hérode garda auprès de lui la femme de son frère, et Jean Baptiste garda la tête sur les épaules, et tous vécurent heureux. Sauf le frère de Hérode, mais on ne peut pas contenter tout le monde.

Acclamons la Parole de Dieu

mardi 14 février 2017

Sermon de Mgr Faure à l'occasion des prises de soutane à Avrillé

Sermon de Mgr Faure à l'occasion des prises de soutane à Avrillé :   "Vous serez mes témoins"


Téléchargez le sermon : ici